Version imprimableSend by email

Current Size: 100%

V.A.E

La validation des acquis de l'expérience (VAE): une révolution dans les professions comptables

 

Introduite par l'.article 8 du décret du 22 décembre 2006 créant le diplôme de comptabilité et de gestion (DCG] et le diplôme supérieur de comptabilité et de gestion [DSCG]. la VAE devrait être mise en place en 2009. De plus, lorsque le décret modifiant le diplôme d'expertise comptable [DEC] sera publié, il introduira aussi la VAE dans les modalités d'accès au diplôme final permettant notamment l'accès à l'exercice libéral. Ce sera une révolution dans la profession, dans tous les métiers de la comptabilité, du contrôle de gestion, de l'audit et de la finance, mais une révolution souhaitée et maîtrisée.

 

Pourquoi la VAE est-elle une révolution ?

Nous passons progressivement d'un régime d'examens valorisant exclusivement l'acquisition de connaissances académiques à un régime d'évaluation et de certification des compétences professionnelles. Ce changement de perspective produira des effets considérables, tant pour les collaborateurs et cadres que pour les employeurs. Le rôle des diplômes dans les carrières, les relations entre profession et enseignement supérieur en seront profondément transformés. Plus précisément, qu'apportera cette révolution ?

 

Reconnaître la prééminence de la compétence

La compétence d'un collaborateur, d'un cadre ou d'un professionnel libéral, expert-comptable ou commissaire aux comptes, est bien ce qui, in fine, importe pour l'employeur ou le public. La compétence se définit comme la capacité réelle et démontrée à réaliser un travail donné à un certain niveau de qualité. Cela suppose bien évidemment des connaissances générales et professionnelles mais aussi des aptitudes (rigueur, méthode, initiative, sens des responsabilités, etc.) et des attitudes conformes à l'éthique professionnelle ou à la déontologie (probité, indépendance d'esprit, respect du secret professionnel, etc.). Autant nous avons une longue tradition de validation des connaissances grâce à des examens garantissant l'égalité de traitement des candidats, autant nous avons dû innover pour mettre en œuvre des procédures de validation des compétences ayant les mêmes qualités.

 

Comment valider de façon rigoureuse des compétences ?

Le Groupe de travail pour la réforme des examens comptables de l'État (GRECE]; réuni au Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables, qui avait déjà rédigé les programmes du OCG et du DSCG, a produit un référentiel de compétences détaillé permettant d'instruire les demandes de VAE.

Ce référentiel, connu aussi bien des candidats que des examinateurs, garantit la transparence, l'objectivité et la rigueur de l'examen des dossiers; il crédibilise la démarche. La VAE ne donne pas accès à un diplôme au rabais.

Elle consacre la compétence issue de la pratique professionnelle ou de l'enseignement et de la recherche.

 

Comment garantir un traitement équitable des candidats ?

Les demandes sont instruites par des commissions comportant un nombre égal d'enseignants et de professionnels, désignées par les recteurs des académies concernées. L'.employeur ou un ancien employeur du candidat, un parent du candidat ne peuvent évidemment faire partie de la commission d'examen. Les propositions des commissions d'examen sont ensuite examinées par le jury national du diplôme, dont les membres sont nommés par le ministre en charge de l'enseignement supérieur, qui prend souverainement la décision finale. Le dossier et l'entretien ne sont bien sûr pas anonymes, mais on voit bien que toutes les garanties d'un traitement équitable sont réunies.

 

Quelles seront les retombées de la VAE pour les futurs candidats ?

L'époque où la fin des études secondaires ou universitaires était le point final de la formation est révolue pour au moins trois raisons :

  • l'évolution rapide des métiers fait que le bagage de connaissances de l'étudiant, sanctionné par ses examens, a une durée de vie limitée et doit constamment être mis à jour ou complété ;
  • l'évolution d'une carrière peut nécessiter des reconversions sans pour autant qu'il soit généralement possible de recommencer un nouveau cursus à temps plein dans l'enseignement supérieur ;
  • le fait d'avoir interrompu jeune ses études à un niveau intermédiaire ne doit pas empêcher ultérieurement toute reprise d'études mais nécessite l'aménagement de modalités particulières et adaptées1. Il fallait donc «débloquer l'ascenseur social».

La VAE donne une plus grande liberté dans les parcours professionnels. Bien sûr, l'expérience ne permettra pas toujours d'acquérir toutes les unités d'enseignement (UE] d'un diplôme. Il faudra alors compléter par la préparation des examens traditionnels2.

Quels seront les bénéfices de la VAE pour les employeurs des futurs candidats ?

Une composante essentielle du succès de toute entreprise est la motivation de son personnel. Elle peut être considérablement accrue par une gestion des compétences articulée avec une validation externe, comme le propose la VAE. Le personnel ne doit pas rester dans l'entreprise faute de choix mais, au contraire, par choix, parce que son intérêt à moyen et long terme se rapproche de l'intérêt de l'employeur. La perspective d'une VAE engage une dynamique de création de compétences dont tous peuvent bénéficier.

 

Qu'apportera la VAE à la profession comptable ?

Les métiers de la comptabilité sont à l'interface de nombreux autres métiers. La VAE est aussi une possibilité unique d'enrichir la profession comptable de nouvelles compétences, complémentaires de celles acquises dans le cursus comptable traditionnel. Elle permettra à ces personnes d'accéder rapidement aux diplômes comptables et aux métiers correspondants.

La VAE contribuera aussi à la reconnaissance internationale des diplômes français qui pourront accueillir plus facilement des professionnels français ou non ayant étudié ou travaillé à l'étranger. Autrement dit, elle contribuera à la mobilité internationale, source de compétences nouvelles.

 

En conclusion, la VAE est une innovation majeure qui rapproche les intérêts à moyen et long terme des cabinets, des entreprises et de leurs salariés en initiant une dynamique du développement des compétences. C’est la voie de l'effort récompensé. Elle supposera aussi une collaboration encore plus étroite du monde professionnel avec le monde de l'enseignement et de la recherche.

 

1. Le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) a défriché cette voie depuis 1794.

L’lntec, créé en 1931, est l'institut du Cnam dédié aux métiers de la comptabilité.

2. Le DCG et le DSCG sont délivré à tout candidat ayant validé l'ensemble des UE constitutives de ce diplôme par :

  • passage avec succès des épreuves ou report des notes obtenues dans l'ancien cursus;
  • dispense d'épreuves du fait de la possession d'un diplôme de l'enseignement supérieur;
  • VAE.

Ces trois modalités peuvent être librement combinées.

Annuaire

Liste complète des inscrits

Suivez-nous!

Retrouvez toutes les informations utiles sur notre page facebook !